Rechercher
  • BARRET Jérôme

L'IRRIGATION : UN DES SECRETS POUR UN BEAU GAZON

" Irriguer un gazon, c’est compenser les besoins en eau qui ne sont pas fournis par la pluie. Il est capital de bien appréhender les caractéristiques du système d’arrosage et la qualité du sol."

OBJECTIF :

L’objectif principal de l’irrigation d’une pelouse est de compléter les besoins hydriques des plantes lorsque les précipitations naturelles et les réserves du sol ne suffisent pas à subvenir à ses besoins, notamment en période estivale. La quantité d’eau nécessaire à une pelouse varie selon le type de sol et selon les espèces de graminées à gazons qui ont toutes des comportements différents face à la sécheresse.


PERIODE :

Lors de périodes de sécheresse prolongées (plusieurs semaines), il est important de gérer l’irrigation dans le but de prévenir le flétrissement de la pelouse, sans gaspillage d'eau.

En règle générale, la période des besoins se situe entre mai et septembre. Néanmoins ces dates peuvent varier en fonction des conditions météorologiques et de la situation géographique. La fréquence d'arrosage varie, selon le pouvoir de rétention d’eau du sol (RFU), de sa vitesse d’infiltration, de la profondeur des racines et des performances du système d’arrosage en place.


CONSEILS :

Dans le cadre d’une gestion durable de l’eau, il est important de vérifier la quantité d’eau apportée. Cette pratique permet d’éviter le gaspillage et d’ajuster les apports pour favoriser un développement racinaire profond.

Nous vous conseillons d’arroser tôt le matin (entre 4h et 8h) car le sol est à ce moment, le plus frais de la journée limitant les pertes dues à l’évaporation. Arroser le matin permet également de faire sécher les feuilles dès la levée du jour, et permet une réduction du développement des maladies. Laisser un minimum de temps de ressuyage entre deux séances d’arrosage. Les besoins en volume d’arrosage d’une pelouse entretenue s’évaluent entre 5 et 7 mm par jour en périodes de fortes chaleurs.

De manière générale cette quantité s’affinera en fonction de l’ETP (Évapotranspiration potentielle) de la localisation. Le manque, l’excès ou l'irrégularité de l'arrosage, engendrent des conséquences tant sur la qualité des opérations d'entretien de la pelouse et de son utilisation, que sur l'aspect physique et biochimique du sol. Dans un contexte où l’eau est une ressource de plus en plus rare, il devient important d’adopter des pratiques éco-responsable.


PRATIQUE ÉCO-RESPONSABLE :

Privilégier des espèces et graminées résistantes aux stress de sécheresse et de chaleur. • Adopter de bonnes pratiques culturales (défeutrage et aération, tonte, herbicyclage) • Utiliser un système d’irrigation économe en eau. • Piloter le réseau d'irrigation avec un programmateur performant et interactif comme le Green IQ.

LES PETITS PLUS :

Dans un sol filtrant, il est préférable d’arroser plus fréquemment en petite quantité, dans un sol plus argileux préférez un arrosage moins fréquent et plus abondant qui favorisera la profondeur d’enracinement.

Il est possible de mesurer la quantité d’eau venant du système d’irrigation ou d’un arroseur en utilisant un pluviomètre et en notant la quantité d'eau apportée. La solution Green IQ permet une gestion intelligente et automatisée de votre système d’arrosage. Prenant en compte les facteurs météorologiques, il permettra une économie d’eau allant jusqu’à 50 % par rapport à un programmateur classique.




Découvrez les autres secrets pour un beau gazon en suivant ce lien ! :





20 vues0 commentaire